Taiji Kase (1929-2004)

Taiji Kase
Taiji Kase exécutant un shuto-uke

9 ème dan de Karate, Taiji Kase apprit le Karaté sous la férule de Gichin Funakoshi et surtout de son fils Yoshitaka. Il développa sa propre interprétation du Karaté Shotokan : un karaté explosif qui privilégie les techniques de main ouverte. Il influença de nombreux Karatékas dans le monde et en France. Un de ces plus illustres élèves est Jean-Pierre Lavorato.

L’enfance de Taiji Kase et ses débuts en tant que Karatéka

Taiji Kase est né en 1929 au Japon, et commence par pratiquer le Judo et l’aïkido. En 1944, il débute le Karaté avec Gichin Funakoshi et son fils Yoshitaka. Kase raconte à de nombreuses reprises à quel point il fut impressionné par Yoshitaka. Ce dernier était atteint de tuberculose, et pourtant il était rapide et puissant. Tous ses élèves essayaient de l’imiter, Kase dira de lui que ses mouvements ressemblaient à ceux d’un tigre. Finalement Kase abandonne le Judo pour se consacrer exclusivement au Karate.

Son engagement au sein de l’armée Japonaise et ses débuts en tant qu’enseignant

En 1945, il s’engage pour être kamikaze au sein de l’armée japonaise. Après la guerre, il devient capitaine de l’équipe universitaire de Takushoku, il formera des combattants d’élite comme Enoeda, Shirai ou Ochi.

Son installation en France

Par la suite il enseigne régulièrement à l’étranger : Afrique du sud, au Pays-Bas, en Belgique. Finalement il décide de s’installer en France en 1967. Il est accueilli par Jean-Pierre Lavorato et il commence à enseigner dans le dojo d’Henri Plée. Il devient également chef instructeur de la JKA en Europe et deviendra capitaine de la première équipe de France en kata.

Enseignement de sa vision personnelle du Karaté, et son décès

À partir de 1976, il multiplie les voyages dans le monde entier pour enseigner « son karate », pour lui la compétition est un moyen pour progresser sur la voie, mais le Karate est surtout un Budo.

En 1999, il est victime d’une attaque cardiaque, six mois après il reprend l’entraînement et rappellera qu’un enseignant doit pratiquer davantage que ses élèves. En 2004, Kase décède à Paris à l’age de 75 ans.

Découvrez tous nos équipements pour le karaté en cliquant sur ce lien : https://www.bushiwear.eu/categorie-produit/disciplines/karate/

Étiquettes : ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Post