L’ hapkido : l’ “Aïkido” coréen

0 Comments 16 h 20 min

Art martial coréen : 

« hap » signifie harmonie ou union. Ainsi l’efficacité provient comme dans tous art martial de l’union entre le corps, la technique et l’esprit.

Le « ki » désigne l’énergie interne,

le « do » désigne la voie.

Cet art martial comme le taekwondo est une synthèse de plusieurs disciplines martiales coréennes, japonaises et chinoises favorisée par la position géographique coréenne : véritable lieu d’échange entre ces trois pays .

L’émergence de cette discipline débuta véritablement sous l’impulsion de Choi Young Soul (1904-1906) qui transmit les techniques de luxations, projections ou clés d’articulations. Dès l’âge de 9 ans il fut envoyé dans un temple bouddhiste au Japon où il suivit l’enseignement de Takada Sogaku (1860-1943) : expert en Daito-ryu aiki–jujutsu ( discipline que l’on peut considérer comme « l’ancêtre de l’aïkido»). Choi s’entraîna pendant 30 ans avec Takeda et finit par devenir un des chefs instructeurs de l’école. Le décès de Takeda en 1943 ainsi que l’indépendance de la Corée en 1945 poussèrent Choi à retourner en Corée. De retour dans son pays natal, Choi exerça des petits boulots, il travailla notamment dans une brasserie, son patron ( Seo Bôk-Seop) était ceinture noire de Judo. Un jour Choi fit une démonstration de sa technique devant Seo, celui-ci proposa alors à Choi d’ouvrir dans sa brasserie une salle d’entrainement en 1952. Ce fut officiellement le premier dojo de You Soul (qui sera plus tard appelé Hapkido).

Les deux principaux courants de Hapkido proviennent des experts de la première génération à savoir : Ji Han-Jae et Kim Moo-Hong. Durant de nombreuses années Ji Han-Jae s’entraîna avec Choi à Daegu, en 1957 Ji s’installe à Séoul et ouvre son école qu’il nomma Sung Moo Kwan. C’est lui qui nomma la discipline Hapkido, par conséquent il est considéré par beaucoup comme le fondateur de l’Hapkido moderne (Ji enrichi son style par l’introduction de nombreux coup de pied issus principalement du taegkyeon coréen). Ji gagna de nombreux défis et finit par enseigner au sein de l’armée coréenne.

L’hapkido enseigne à maîtriser : le combat à main nue face à un adversaire avec ou sans armes, le combat avec armes, le combat face à plusieurs adversaires

L’aspect technique :

  •  Les techniques de clé (keokki Soul) : clés de bras, épaules, genoux, chevilles…
  • Les projections
  •  Les techniques de bras : il s’agit de celles utilisées dans la plupart des arts martiaux traditionnels : techniques de mains ouvertes, avec le poing, le coude, le tranchant de la main…
  • Les techniques de jambes : coup de pied circulaire, retourné, latéral, genoux …

 

Les principes de l’hapkido : 

  • La fluidité de l’eau (Yu) : Plus la technique est exécutée de manière relâchée plus la vitesse et l’efficacité seront augmentées. Celui qui subit une projection ou une clé ne doit pas raidir son corps afin d’amortir le choc.
  • Le principe du cercle (won) : L’hapkido favorise les déplacements circulaires que ce soit pour l’esquive ou les blocages (fonction défensive) ou pour renforcer la technique de clé (fonction offensive). 
Étiquettes : ,

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.